The Kora Studio / la kora


Kora Kaelig


La kora est une harpe-luth d'Afrique de l’Ouest au son délicat et profond. Sa caisse de résonance est une demi calebasse recouverte d'une peau de bœuf et traversée par une hampe. Au nombre de 21, les cordes se répartissent en deux rangées parallèles ; deux antennes permettent de se saisir de l'instrument et d'en jouer à l'aide des index et des pouces.

Traditionnellement, la kora était jouée par les griots, conteurs, poètes, mémorialistes, conseillers des princes : le griot parlait et chantait tout en jouant des musiques extrêmement élaborées, transmises de père en fils, enrichies à chaque génération.

Dans la seconde moitié du XXème siècle, les griots relèvent de nouveaux défis : les premiers, Lamine Konté (Sénégal) et Foday Musa Suso (Gambie) commencent à faire connaître la kora en Europe et aux Etats-Unis. Lamine Konté marie les airs de Casamance aux rythmes afro-cubains et met en musique les grands poètes de la Négritude ; Foday Musa Suso mêle sa kora à des instruments électriques et collabore avec des musiciens de jazz ainsi qu’avec le compositeur Philip Glass.

Dans les mêmes années, les moines du Monastère bénédictin de Keur Moussa (Sénégal) adoptent la kora pour accompagner les offices ; ils construisent la première kora à clefs en remplaçant les traditionnels anneaux de cuir par des mécaniques de guitare, et conçoivent une méthode d'enseignement basée sur la notation écrite. Le frère Dominique Catta, maître de chœur du Monastère de Keur Moussa, est le premier compositeur occidental à écrire des pièces pour la kora, seule, en duo avec des instruments occidentaux ou en accompagnement des chants communautaires.

De nos jours, le grand fleuve de la kora est constitué de deux courants parallèles : celui de la kora traditionnelle, plus inventive que jamais, et celui des héritiers de la kora de Keur Moussa, qui posent de nouveaux jalons dans l’histoire de l’instrument.

Toumani Diabate (Mali) incarne à la perfection le premier courant : après avoir enregistré, en  1988, le premier CD de kora seule entièrement instrumentale (Kaira), il n’a cessé de collaborer avec des musiciens venus de tous les horizons : Ali Farka Touré, Taj Mahal, Björk, Dee Dee Bridgewater, des musiciens de blues ou de flamenco… Ballake Sissoko (qui  a signé plusieurs disques avec Toumani Diabate et a également joué en duo avec le violoncelliste Vincent Segal) et Djeli Moussa Diawara (membre du groupe Kora Jazz Trio) participent de ce même élan créateur.

Le deuxième courant, qui prend historiquement ses racines dans les travaux des moines de Keur Moussa, est principalement incarné par le Frère Dominique Catta et par Jacques Burtin. Le Frère Dominique Catta a introduit la kora dans la liturgie chrétienne ; avec lui, la harpe africaine a dialogué pour la première fois de son histoire avec des instruments occidentaux. Jacques Burtin, tout en prolongeant ces acquis, a également introduit la kora dans le monde de la création artistique contemporaine (dialogue avec les arts plastiques, création interdisciplinaire, musiques de scène).

Jacques Burtin joue sur des koras de Keur Moussa, des koras Kaelig et la gravi-kora de Robert Grawi.

 

 

Kora Kaëlig - Photo Jacques Burtin

www.ecoledekora.com - © Jacques Burtin 2016 - All Rights Reserved